• Accueil
  • C.P 2015
  • En avril au CDJ : Une plainte fondée, quatre autres non fondées

Communiqué de presse

En avril au CDJ : Une plainte fondée, quatre autres non fondées

En avril 2015, le Conseil de déontologie journalistique (CDJ) a rendu un avis final à propos de cinq plaintes. Il a constaté des fautes déontologiques dans l’une d’elles : des informations erronées dans un article de SudPresse. Les plaintes non fondées concernaient la RTBF (7 à la Une), La Dernière Heure et SudPresse (2 plaintes).

La plainte déclarée fondée (15-03 A. El Khannouss c. Y. Nimy / La Capitale SudPresse) visait un article publié le 19 décembre 2014 qui relatait l’arrestation d’un « caïd de la drogue » présenté à trois reprises dans l’article et en Une comme « neveu du premier échevin » de Molenbeek. Il en résulterait un « véritable scandale familial et politique ». Or, ce lien de parenté était faux et facile à vérifier avant publication au lieu de porter atteinte indûment à la réputation de l’échevin. De plus, l’information n’a été rectifiée que tardivement, après la plainte au CDJ, alors que le média la savait erronée.

Le CDJ a par ailleurs déclaré quatre plaintes non fondées. Deux d’entre elles visaient aussi des éditions de SudPresse. Dans la première (14-38 X c. N. Bensalem / SudPresse), la journaliste n’a pas piégé un interlocuteur en publiant malgré son refus des propos tenus en interview. Le CDJ rappelle cependant à cette occasion l’importance d’éviter toute confusion qui donnerait à un interlocuteur le sentiment d’être piégé. Dans la seconde (14-51 Gouvernement de la Communauté française c. A. Bouchat / La Meuse Huy Waremme), aucun élément factuel ne permettait d’établir que la journaliste avait utilisé une fausse identité, contrairement à ce qu’affirmait la plainte.

La nécessité d’éviter toute confusion en interview était aussi présente dans la plainte visant l’émission 7 à la Une, de la RTBF (14-50 F. Carton c. T. Godaert / RTBF). Le journaliste n’a commis aucune faute déontologique dans l’usage de l’interview d’un commissaire de police. Quelques précisions auraient évité à cet interlocuteur de se sentir piégé.

La dernière plainte déclarée non fondée (14-49 T. Waerenburgh c. dhnet.be) visait un article largement médiatisé en novembre 2014. La Dernière Heure avait signalé l’hypothèse de la présence d’un « tueur antisémite » armé à Bruxelles alors qu’il s’agissait d’un jeune Pakistanais porteur d’une batte de cricket. Le CDJ n’a pas constaté de faute déontologique dans ce cas particulier.

Début mai, 18 plaintes sont en cours de traitement au Conseil de déontologie journalistique.

Les avis complet sont accessibles aux adresses :

Plainte 15-03

Plainte 14-38

Plainte 14-51

Plainte 14-50

Plainte 14-49

AADJ & CDJ
Résidence Palace, bloc C
Rue de la Loi 155 bte 103
1040 Bruxelles

tél: 02/280.25.14

Inscrivez-vous à notre newsletter

© 2019 AADJ & CDJ - Mentions Légales- Webmaster: