• Accueil
  • C.P 2015
  • En mars au CDJ: Deux plaintes partiellement fondées, une troisième non fondée

Communiqué de presse

En mars au CDJ: Deux plaintes partiellement fondées, une troisième non fondée

En mars 2015, le Conseil de déontologie journalistique (CDJ) a rendu son avis final dans trois dossiers de plainte. Il a constaté des fautes déontologiques dans deux d’entre eux. L’un concernait certaines éditions locales de L’Avenir à propos d’un article judiciaire. L’autre visait La Meuse Namur pour des informations insuffisamment vérifiées et un conflit d’intérêt. La troisième plainte – non fondée – concernait le site RésistanceS.be.

La première plainte déclarée partiellement fondée (14-29 C. Lefebve c. J-P. De Staercke et L’Avenir) visait un article publié le 10 mai dans 3 éditions locales de L’Avenir. Le journaliste rendait compte d’un arrêt de cassation annulant une décision de la Cour d’appel de Mons. La rédaction de l’article attribuait la responsabilité de la cassation à un magistrat précis de la cour d’appel dont les compétences juridiques étaient mises en cause alors que la chambre d’appel était composée de 3 juges sans qu’on connaisse l’avis personnel de chacun. Le CDJ a constaté qu’une telle rédaction trompait le public et transgressait donc l’exigence de respect de la vérité.

Le CDJ a aussi considéré comme partiellement fondée une plainte (14-30 C. Adriaenssens c. S. Duparque, P. Boudart et La Meuse Namur) introduite par une infirmière accusée dans un article d’avoir pris et montré des photos de sexes de patients. Deux griefs ont été retenus. La journaliste auteure de l’article a reproduit les deux versions, celle de sources accusatrices et la dénégation de l’infirmière. Elle ensuite affirmé la véracité de l’accusation sans élément avéré permettant de conclure dans ce sens, ce qui aboutit à tromper le public. De plus, un journaliste intervenu dans la préparation de l’article était dans une situation objective de conflit d’intérêts qui aurait dû le conduire à s’abstenir.

Enfin, le CDJ a considéré comme non fondée une plainte pour manque de confraternité (14-42 P. Lorent c. J. Maquestiau / ResistanceS.be) introduite par un journaliste contre un article du site RésistanceS.be qui lui attribuait des « erreurs déontologiques ». Sans avaliser ces propos, le CDJ n’a pas constaté d’inexactitudes dans les quelques faits mentionnés par J. Maquestiau. Les commentaires relevaient d’opinions que l’auteur de l’article avait la liberté d’exprimer sans qu’il y ait lieu de se prononcer sur leur véracité. La confraternité ne peut aboutir à éliminer le débat.

Fin mars, 18 plaintes sont en cours de traitement au Conseil de déontologie journalistique.

Plainte 14-42

Plainte 14-29

Plainte 14-30

AADJ & CDJ
Résidence Palace, bloc C
Rue de la Loi 155 bte 103
1040 Bruxelles

tél: 02/280.25.14

Inscrivez-vous à notre newsletter

© 2019 AADJ & CDJ - Mentions Légales- Webmaster: