Skip to main content

Communiqué de presse

Le président du CDJ dénonce la tentation autoritaire envers les médias

Marc de Haan, le président du Conseil de déontologie journalistique, s’en est pris, dans La Libre Belgique de ce 21 novembre, aux menaces croissantes envers la liberté de la presse. La dernière en date est celle exprimée le 18 novembre dans le même journal par un avocat et un ancien magistrat (http://www.lalibre.be/debats/opinions/luperto-execute-avant-meme-d-etre-inculpe-546a31dc357081ee01e90e77) qui demandent des mesures répressives contre la presse. « Les médias devraient être forcés au silence par des sanctions financières dissuasives », écrivent notamment ces deux juristes. « On ne répliquerait pas, écrit Marc de Haan, si depuis quelques mois on ne voyait se multiplier des signaux de mise en cause de la liberté de la presse. »

Le CDJ n’a pas pour vocation première de réagir à tout ce qui se publie à propos des médias mais ces signaux sont tellement préoccupants pour la liberté de presse qu’ils ne peuvent rester sans réponse. « Je suis particulièrement inquiet de l’autoritarisme qui sourd dans pareils propos », auquel « notre bonne vieille démocratie n’était pas habituée », répond le président du Conseil. Certes, « La tentation de répression de l’activité journalistique assez en vogue dans les milieux juridiques trouve sa source dans certaines pratiques choquantes, voire odieuses. » C’est précisément pour y mettre fin qu’existe un Conseil de Déontologie dont le président reconnaît avoir parfois honte des outrances de certains confrères. Il conclut cependant en rappelant l’essentiel : « La liberté d’expression comme la raison peuvent effectivement être mises au service du mal, mais leur absence, c’est le mal lui-même. »

http://www.lalibre.be/debats/opinions/la-presse-putain-respectueuse-546e1755357077d595894412

AADJ & CDJ
Résidence Palace, bloc C
Rue de la Loi 155 bte 103
1040 Bruxelles

tél: 02/280.25.14

Inscrivez-vous à notre newsletter